Accueil

juillet 8, 2013 By

News: 

Louvre_Lens_affiche_lion

 Tridilogy partenaire du Musée du Louvre Lens

 

  Le 04/12/2014 a eu lieu l’inauguration de l’exposition « Des Animaux et des pharaons » au Musée du Louvre Lens.

  Tridilogy a participé à cette passionnante aventure en réalisant les scanners de 14  momies animales. Après avoir protégé les  petites bêtes dans des boites sur mesure, elles ont été transportées dans un scanner vétérinaire (et oui, quoi de plus naturel?).  Des  milliers d’images permettant de visualiser l’intérieur des momies ont été produites. Il a fallu ensuite les analyser grâce à  des logiciels médicaux capables, à partir des images d’origine, de produire d’autres images dans tous les plans de l’espace,  ainsi qu’en 3D. Cela a permis de mieux comprendre la façon dont les momies étaient fabriquées et ce qu’elles contiennent. Six  d’entre elles ont ensuite été sélectionnées pour que leurs scanners soient mis en valeur en 3D sur une table tactile interactive  (sociétés IMA Solutions et Tataragne Interactive).

© Tridilogy/ Musée du Louvre Lens

Momie d’ibis (oiseau caractéristique d’Egypte) du Musée du Louvre, enfermée dans une jarre en terre cuite. La momie est toujours à l’intérieur, visible uniquement grâce aux rayons X du scanner et à une reconstruction 3D permettant de retirer « virtuellement » la terre cuite et les bandelettes.

http://www.lavoixdunord.fr/region/louvre-lens-de-nouveaux-outils-pour-decouvrir-les-momies-ia35b54051n2534167

 

Étude morphologique 3D et impression 3 D d’un embryon humain pré-implantatoire.

 

3d model extracted from microscopic pictures of a 3 days years old human embryo. ©CHU Montpellier - INSERM - UM1 - Tridilogy

3d model extracted from microscopic pictures of a 3 days years old human embryo.
©CHU Montpellier – INSERM – UM1 – Tridilogy

Avec le Pr Hamamah Samir et le Dr Scalici Elodie (CHU Montpellier, Inserm, Université Montpellier 1), Tridilogy a participé à la mise au point d’une nouvelle technique d’imagerie 3D de l’embryon  dans le but d’améliorer la sélection des embryons les plus aptes à être implanter dans l’utérus. En effet, parmi les embryons obtenus lors d’une FIV (fécondation in vitro), certains présentent des caractères morphologiques (par exemple, des fragments) dont la présence peut gêner l’implantation utérine de l’embryon concerné. Jusqu’à maintenant, il n’était envisageable d’étudier les embryons que dans un plan de l’espace (une seule direction). Avec cette nouvelle technique, non invasive, respectueuse des lois éthiques, il est maintenant possible de  voir l’embryon dans toutes les directions et de mieux comprendre ainsi les rapports entre ses différents composants.

Cette technique de recherche permet par ailleurs d’extraire un volume 3D à partir des images microscopiques, puis de réaliser une modélisation et une impression 3D de l’embryon. L’intérêt de l’impression est alors de pouvoir communiquer plus facilement avec les patients: l’embryon ainsi imprimé devient alors un support de discussion pour expliquer au couple la technique de FIV. C’est également un outil de communication avec les autres médecins et  de formation pour les étudiants.

Des travaux complémentaires sont toutefois nécessaires avant que cette technique soit accessible en routine. Il sera en particulier nécessaire de prouver son intérêt par la réalisation d’études statistiquement significatives.

 midi_libre

http://www.midilibre.fr/2014/09/22/fecondation-in-vitro-une-premiere-mondiale-a-montpellier,1054751.php

 

 

Tridilogy

Tridilogy est une société de services spécialisée dans l’étude et l’expertise, principalement en imagerie, des objets du domaine scientifique, médical mais également culturel (objets d’art, momies humaines ou animales).

Nous proposons d’utiliser différents moyens d’imagerie pour mettre en valeur les propriétés de la surface et de la structure interne de l’objet étudié.

Ainsi, en fonction des propriétés de cet objet, on choisira:
- la radiographie
- le scanner (TDM ou tomodensitométrie)
- l’IRM
- l’échographie
- le micro scanner.

Dans certains cas, des reconstructions 3D de la surface et de ses constituants internes sont possibles.

Nous pouvons également isoler les différents constituants de l’objet (segmentation), les exporter en fichier 3D (export .stl, .obj,…) voire les imprimer en 3D (impression 3D ou stéréolithographie).

 

Read More →