Nous proposons d’étudier vos objets d’art afin d’analyser le travail de l’artiste, de vérifier l’état de conservation, de détecter d’éventuelles traces de restauration non visibles à l’examen direct, voire de vérifier qu’il ne s’agit pas de faux, grâce à la radiographie et au scanner (= tomodensitométrie = TDM = CT= Computed Tomography).

Radiographie  de tableau:

La radiographie est un moyen classique d’étude des peintures sur bois et sur toile, les œuvres sur papier étant également accessibles.

Analyse des couches de peinture:

Un des premiers intérêts est d’analyser la technique du peintre avec les éventuelles corrections qu’il a pu apporter à son travail en recouvrant certaines parties: les rayons X permettent alors de voir les différentes couches de peinture superposées. On peut de la même façon montrer les zones précédemment restaurées et donner une idée de l’état de la peinture d’origine, ce qui facilite la planification d’une nouvelle restauration.
Dans certains cas parfois médiatiques, il a été possible de découvrir la présence d’un tableau caché sous une autre oeuvre superficielle, voire de révéler la signature du peintre recouverte d’une nouvelle couche de peinture.

– Étude du support:

Le support de la peinture peut avoir subi des modifications du fait de l’artiste lui même ou d’un propriétaire. Par exemple, certains portraits étaient faits sur une toile de petit format sur le lieu de résidence du sujet peint pour ensuite être intégrés à une composition plus large réalisée en atelier. Dans d’autres cas, certaines compositions ont été scindées en plusieurs œuvres et vendues séparément: l’analyse de leur structure en radiographie permet souvent de reconnaître les signes d’une origine commune.

Enfin, l’étude du support permet une meilleure analyse des dommages éventuels avant une restauration.

Radiographie Tableau © Samuel Mérigeaud

Radiographie Tableau © Samuel Mérigeaud

Scanner de tableau:

Nous sommes un des rares intervenants à proposer ce type d’étude. En effet, la radiographie est le moyen privilégié historiquement pour l’étude des peintures avec une littérature abondante sur le sujet. La radiographie a une meilleure résolution (finesse du détail de l’image obtenue) que le scanner. Par contre, la radiographie est une imagerie de projection: toutes les structures traversées par les rayons x apparaissent sur une seule image en projection 2D.
L’avantage du scanner est  de pouvoir faire des images de chaque élément dans n’importe quel plan et de soustraire les structures adjacentes pour se focaliser uniquement sur la zone d’intérêt. Par exemple, au niveau de la périphérie d’une oeuvre sur toile, le châssis se projette sur l’image en radiographie et rend difficile l’analyse de la peinture: avec le scanner, nous pouvons centrer l’image uniquement sur la toile et la peinture, sans être gêné par le cadre sous-jacent.
La seule limitation est la taille de l’oeuvre qui ne doit pas dépasser environ 50 cm de largeur pour pouvoir passer dans le scanner. Sa longueur, elle, peut atteindre deux mètres sans problème.

Radiographie et Scanner de statue:

Les statues, ou toute oeuvre sculptée, en bois, en terre cuite, en ivoire, en cire, voire en pierre, se prêtent parfaitement à une étude radiologique. Là aussi la radiographie est plus répandue mais nous proposons de privilégier le scanner pour les pièces de moins de 50 cm de diamètre (et jusqu’à deux mètres de longueur), afin de pouvoir analyser finement la structure interne dans tous les plans de l’espace et en 3D.

Ainsi, on pourra :
–  explorer la structure globale de l’oeuvre et la technique du sculpteur,
– vérifier l’homogénéité du matériau utilisé et dépister certains faux,
– détecter les zones de faiblesse comme certaines fractures profondes du matériau,
– identifier les possibles opérations préalables de restauration et éventuellement en planifier de nouvelles.

Pour les statues de pierre, la possibilité de faire un scanner ou des radiographies devra être évaluée en fonction de la nature du matériau et de sa taille pour être sûr que les rayons X pourront traverser correctement l’oeuvre et donner des résultats utilisables. En ce qui concerne les œuvres en métal, en particulier en bronze la radiographie est souvent privilégiée pour les mêmes raisons.

Enfin, la réalisation d’une thermoluminescence préalable des antiquités en terre cuite devra être discutée. En effet, les rayons X apportent de l’énergie au matériau et cela peut selon certaines publications gêner une datation de l’objet par thermoluminescence.

Statue de Neptune A gauche, photographie ©Musée Fabre de Montpellier Agglomération - cliché Frédéric Jaulmes. A droite, image 3D ©Tridilogy.

Statue de Neptune
A gauche, photographie ©Musée Fabre de Montpellier Agglomération – cliché Frédéric Jaulmes.
A droite, image 3D ©Tridilogy.